LANDES DE GASCOGNE : 14 petits pays forts différents mais plein de caractère

Les Landes sont en elles-même un pays, pourtant elles courent sur deux départements, la Gironde et les Landes et deux anciennes provinces de l'Ancien Régime, la Guyenne et la Gascogne. Ce pays des Landes, ancienne province des Lannes, aurait dû, en fait, constituer le département des Landes, mais les partages administratifs de 1790 en ont décidé autrement et ont réuni sous ce vocable de Landes une étonnante mosaïque de 14 petits pays forts différents de paysages, d'habitation, berceau de notre vieille Gascogne : une diversité qui ne suit en rien à l'unité landaise.

Au centre, les grandes Landes offrent, de la Gironde aux portes de Dax, une vaste zone boisée où la forêt de pins, méthodiquement exploitée depuis le milieu du XIXe siècle, alimente les diverses industries du bois. L'activité, soutenue autour de Sore, Pissos, Sabres et Morcenx, est moindre dans les petites bourgs, blottis au milieu des clairières ou des pittoresques vallées de l'Eyre.

Soudées à l'est aux grandes Landes, les petites Landes présentent des vallonnements, et un quadrillage de prairies et de champs cultivés, aux abords de coquets villages.

Plus au sud, le Marsan, arrosé par la Midouze et ses affluents, est caractérisé par des vallées encaissées, et leur suite de prairies artificielles et de terres cultivées (céréales, vigne), domaine des grosses métairies qui s'adonnent à l'élevage.

A l'est du Département, s'inscrit le Bas-Armagnac, pays de collines pratiquant la polyculture (vignes réputées), au voisinage de Villeneuve-de-Marsan et Labastide-d'Armagnac. Aux confins du Bas-Armagnac, s'étend au nord le Gabardan, terre de landes et de forêts de feuillus qui présente, d'Estigarde à Losse et Lubbon, une zone d'étangs et de marécages asséchés, et au sud le Tursan, terroir des vignes du même nom, siège de l'évèché d'Aire-sur-l'Adour avec le Mas d'Aire et la basilique Sainte Quitterie dont la crypte date du IVe siècle.

Enclavé à l'est dans les grandes et petites Landes, l'Albret doit aux seigneurs d'Albret, dont Labrit constitua le fief, l'extension de ses frontières jusqu'à l'océan, au XIIIe siècle. La forêt, entrecoupée de champs et de prairies, couvre une grande part du territoire primitif.

Pays de Born, Marensin et Maremne délimitent l'actuelle " Côte d'Argent " au bord de l'océan Atlantique.
Le Born, de Biscarrosse au sud de Mimizan, présente un littoral attrayant et de vastes étangs, grossis des courants venus de l'intérieur. A l'arrière des lacs, se développe la forêt somptueuse, aux sous-bois parés, suivant la saison, de genêts, d'ajoncs ou de bruyères. Gros bourgs et villages côtoient les vergers et les champs de maïs.

Le Marensin, qui prend fin au nord de Soustons, offre à peu près les mêmes aspects que le Born, avec ses plages et ses lacs, et la fraîcheur de ses courants. Mais les paysages y sont plus variés, grâce aux peuplements de chênes-lièges et aux riches terres de l'arrière-pays, vouées aux cultures de céréales et à l'élevage du bétail, autour d'importantes métairies.

La Maremne, incluant, entre Vieux-Boucau et Labenne, les jolies stations d'Hossegor et Capbreton et de beaux lacs dans un décor sylvestre, est envahie de chênes-lièges et d'une riche végétation de lauriers et de mimosas, due au climat très doux. Les terres fertiles conviennent au maïs.

Les rives de l'Adour, autour desquelles gravitent les stations thermales de Dax, Préchacq et Tercis, soulignent l'assise méridionale de la forêt landaise et le début de la Chalosse.

Pays encore ignoré des foules, la Chalosse insère ses collines dans le grand arc de l'Adour. Malgré l'humble apparence des métairies et des villages, d'aspect encore landais, ce pays où apparaissent des placages de " sables fauves " fertiles - on les reconnaît dans les tranchées - jouit d'un développement agricole équilibré. C'est un très vieux terroir où l'homme du paléolithique a ébauché des chefs-d'œuvre, comme la " Dame de Brassempouy ", et où passèrent les pèlerins de Compostelle.
Montfort-en-Chalosse, Mugron, Montaut et Saint-Sever dominent les Landes, offrant d'extraordinaires panoramas, au nord sur l'océan infini des pins de la forêt landaise, au sud la vallée sinueuse de l'Adour, les coteaux ondoyants de la Chalosse, du Tursan et du Pays d'Orthe jusqu'aux premiers contreforts des Pyrénées.

Autres pays pleins de charme, riches de leur passé et fortement marqués par le caractère aventurier de l'Adour, ce fleuve qui changea plus d'une fois de lit, de son propre chef, mais aussi par convoitise des hommes. Il se jeta successivement à Capbreton, à Vieux-Boucau et à Bayonne. Le Seignanx entre Capbreton et la rive droite de l'Adour où domine Tarnos citadelle ouvrière et siège des Forges de l'Adour et le Gosse, les plus petits pays du département des Landes. Enfin, l'Orthe, au sud de la Chalosse, véritable gardien du patrimoine landais avec notamment Sorde-l'Abbaye, et Hastingues.



Imprimer cette fenêtre   Fermer cette fenêtre